IL S'APPELLE MAREL

Création ad libitum

 

Il hante les espaces piétons, traçant des marelles éphémères et particulières à la craie ou tout autre matériau nécessaire en fonction du sol. Marelles qu'il propose aux passants de jouer, prétexte à une envolée poétique de 15minutes environ, autour de l'ascension du « je » et de la chute du « nous ».

Premiere partie d'une création autour de l'écriture et du jeu, cette intervention a été expérimentée pour la première fois au festival d'Aurillac 2018.

C'est une démarche, un peu en marge, de partage, en plusieurs volets et sur plusieurs années. Un voyage à même la rue. Exploratoire. Une création au long cours, qui a besoin d'escales.

.

  • Nous sommes des gueux ! le ciel est mort pour nous. A genoux. Nous détruisons la terre pour qu'elle nous donne tout . Des ailes, des sous. Pour qu'elle nous fasse sortir du trou. Nous sommes des gueux. Nous les Caïn, sillons épais ancrés en terre. Moi Caïn cahotant. C'est dans terre que je cultive ma misère . C'est dans terre que pousse ma colère

Marel

Avec et de:
Pierre Prévost

Costume: Véronique VIGNERON

Panneau: Mona Bausson

Photos: Michel Wiart & Mika Caudal

 

cie acidu: théâtre de rue / teatro de calle / teatro da rua / street theater